Vous êtes dans : Accueil > S'installer et entreprendre > Professionnels de santé, installez-vous > Les médecins du territoire s'expriment ! > Témoignage du Docteur Gilles GERARD

Témoignage du Docteur Gilles GERARD

 

« Professionnellement et intellectuellement, j’ai trouvé l’exercice de la médecine plus passionnant ici»

Centre ville de Gourin

Je dirais que je me suis installé ici presque par hasard ! Je ne suis pas originaire de Bretagne. J’ai fait mes études de médecine à Nantes, puis mon internat à Lorient après mon service militaire en Allemagne. Un médecin de Gourin a sollicité l’hôpital de Lorient car il cherchait un successeur, et c’est comme ça que j’ai découvert le territoire !

J’ai commencé par des remplacements et puis je me suis installé.J’avais alors déjà travaillé dans un cabinet à Nantes mais cette expérience s’était révélée plus ou moins décevante. Je voulais être médecin généraliste, c'est-à-dire être polyvalent. Dans certaines zones urbaines, la pratique est moins diversifiée, plus répétitive. Professionnellement et intellectuellement, j’ai trouvé l’exercice de la médecine plus passionnant en milieu rural car beaucoup plus varié.

« L’exercice a évolué, les conditions de travail aussi »

A l’époque où je me suis installé, le contexte était différent. Je suis d’une autre génération, nous étions formatés pour travailler énormément, au détriment de la vie personnelle et familiale. Aujourd’hui, l’exercice a évolué, les conditions de travail aussi. Les mentalités ont changé, pas seulement chez les médecins, de manière générale les jeunes veulent avoir une vie en dehors du travail. Je les comprends.

Je fais moins de gardes aujourd’hui. Quand j’ai commencé, nous étions de garde un soir sur deux ou une semaine sur 2 ! Actuellement, je suis de garde un soir par mois et un week-end sur 15. Le tri est fait sur Vannes par un médecin régulateur, les appels sont moins nombreux. Les gardes sont moins contraignantes, le SMUR n’est pas loin, nous gérons moins de situations d’urgences catastrophiques.

« J’aime faire des visites »

Je fais des visites les après-midi, c’est une volonté de ma part. Chacun s’organise comme il le souhaite, même si certaines visites sont incontournables, il est possible de les limiter au maximum. Mais pour moi cela permet de casser la routine des consultations en cabinet.
De manière générale, je n’aime pas quand les choses deviennent trop routinières, c’est pour ça que je suis devenu médecin généraliste, pour la diversité du métier. Les visites sont pour moi un moyen de décompresser, de voir mes patients dans un autre cadre que celui du cabinet, le contact est différent, les patients se confient plus. On apprend aussi beaucoup de choses en voyant le lieu et le mode de vie des gens, ce qui peut avoir son utilité pour adapter certains traitements par exemple.
Je suis également médecin chez les sapeurs pompiers, comme je vous le disais, je n’aime pas rester dans une certaine routine. J’aime que la pratique de mon métier soit diversifiée, c’est important pour moi. Nous soignons des hommes, nous ne sommes pas des robots.

« Je ne me sens pas en décalage par rapport à mes confrères qui exercent en ville »

Par rapport à mes confrères qui exercent en ville je n’ai pas le sentiment d’être isolé, je suis des formations, j’assiste à des conférences, je ne me sens pas en décalage. Actuellement, on parle beaucoup de travail en réseau, et je me rends compte qu’ici, bien que cela ne soit par formellement organisé, le réseau existe déjà, les professionnels se connaissent et nous travaillons ensemble.
La vie sur le territoire est agréable, j’aime vivre ici, on est rapidement à Quimper, Lorient, Brest, Saint Brieuc ou Morlaix, il y a peut être moins d’insécurité. Les inconvénients sont liés aux avantages de vivre à la campagne, il faut trouver des compromis, aucune situation n’est parfaite.